Tag Archives: L’UE

L’UE à propos de la trêve au Mali

 

La signature hier d’un trêve, après deux mois de violents affrontements entre la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) et la Plateforme, constitue une avancée importante pour rétablir la confiance mutuelle entre les parties signataires de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali.

Dans ce contexte, le retour hier du gouverneur de Kidal est un pas en avant vers le retour de l’Etat à Kidal. L’Union Européenne  salue le rôle joué par la MINUSMA,  l’Algérie et le gouvernement malien pour arriver à cet accord.

Les engagements pris par la CMA et la Plateforme doivent se traduire au plus vite dans une cessation définitive des hostilités permettant un accès humanitaire soutenu et la relance des services sociaux de base par le pouvoirs publics dans les régions du nord.

L’Union européenne réaffirme sa ferme volonté de soutenir le processus de paix afin que le Mali et l’ensemble de la sous-région puissent bénéficier d’une paix durable.  Le respect intégral des engagements pris dans le cadre de l’Accord d’Alger reste le seul moyen de garantir la paix, la réconciliation nationale et un développement durable et inclusif au Mali.

 

Les attaques contre la MINUSMA au Mali

Les attaques survenues hier contre les camps de la MINUSMA à Douentza et Tombouctou représentent un nouvelle tentative pour empêcher la paix et le développement du pays. Les  responsables de ces actes doivent arrêtés et poursuivis en justice, selon la déclaration du porte-parole sur les attaques contre la MINUSMA au Mali.

L’Union européenne présente ses condoléances aux familles des victimes, aux Nations Unies ainsi qu’au gouvernement du Mali, et réitère son  plein soutien aux efforts de la MINUSMA pour le rétablissement de la paix dans le pays.

Alors que la menace terroriste  continue de frapper le Sahel, nous restons plus que jamais déterminés à travailler aux côtés des gouvernements du Mali et des pays de la région, y compris le G5 Sahel, afin de permettre à leurs populations de vivre en paix et en sécurité.

Burkina Faso: la cible d’attaques terroristes

Une fois de plus, le Burkina Faso et sa capitale ont été la cible d’attaques terroristes aveugles, causant la mort de nombreuses victimes.

L’Union européenne transmet ses sincères condoléances aux familles des victimes et au peuple Burkinabé. Elle témoigne également sa solidarité avec tous les pays qui comptent des ressortissants parmi les victimes.

L´Union Européenne est unie avec le Burkina Faso, ainsi que les autres pays du Sahel, notamment dans le cadre du G5 Sahel, dans la lutte contre le terrorisme et la défense des valeurs de paix, de liberté et de diversité.

Nous restons déterminés à lutter, ensemble, contre cette menace commune.

(Déclaration du Porte-Parole au sujet de l’attaque terroriste au Burkina Faso)

Le Code Pénal du Tchad

L’Union européenne salue les nouvelles dispositions inclues dans le nouveau code pénal tchadien telles que l’interdiction du mariage pour les enfants, des mutilations génitales féminines, la pénalisation de l’esclavage et de la traite des personnes,  ainsi que la définition de la torture, du génocide, des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité comme actes punissables par la loi.

Elle rappelle que la pénalisation des relations homosexuelles prévue dans le code pénal contredit les engagements internationaux du gouvernement tchadien en matière de droits humains.

L’UE souligne l’importance de toutes mesures prises par le  Tchad pour renforcer l’égalité devant la loi et la non-discrimination, conformément aux conventions internationales, notamment la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples, auxquels le pays adhère.

L’UE est prête à poursuivre le dialogue avec les autorités tchadiennes à cette fin.

(Déclaration du Porte-parole relative à l’entrée en vigueur du nouveau Code Pénal du Tchad).

L’UE réponse aux crises au Mali et en République Centrafricaine

La Commission européenne a annoncé  l’octroi d’un soutien supplémentaire de 9 millions d’euros en réponse aux crises au Mali et en République Centrafricaine, portant l’assistance humanitaire de l’UE à l’Afrique Occidentale et Centrale à environ 254 millions d’euros depuis le début de l’année.

 “Les conflits au Mali et en République Centrafricaine continuent de générer beaucoup de souffrance parmi les personnes qui sont contraintes de fuir leur pays. L’UE s’engage à les aider. Aujourd’hui, nous renforçons notre soutien humanitaire pour sauver des vies dans ces deux pays. Cette aide va contribuer à pourvoir des biens de première nécessité tels que de la nourriture et des médicaments aux populations, et soutenir les organisations humanitaires qui travaillent dans les zones touchées par les conflits” – le commissaire chargé de l’aide humanitaire et de la gestion des crises, Christos Stylianides a déclaré à ce sujet.

Cette enveloppe de 9 millions d’euros comprend deux volets: 5,5 millions d’euros seront attribués aux besoins urgents des populations affectées par la crise en République Centrafricaine; 3,5 millions d’euros vont aider à répondre à la situation préoccupante du Nord et du centre du Mali ainsi que dans les régions voisines du Burkina Faso et de la Mauritanie. L’UE et ses Etats-membres sont les principaux donneurs d’aide humanitaire en Afrique avec 1,5 milliards d’euros pourvus par la Commission ces deux dernières années.

L’UE appelle à la fin d’affrontements au Mali

Les affrontements récents entre des parties signataires de l’Accord pour la Paix au Mali et la Réconciliation au Mali- la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) et la Plateforme-, dans la région de Kidal, constituent des violations de l’Accord. Ils mettent en péril les progrès faits jusqu’ici, deux ans après l’entrée en vigueur de l’Accord et quelques jours après le renouvellement du mandat de la MINUSMA par le Conseil de Sécurité. (Photo: illustration)

Les parties doivent mettre immédiatement fin aux affrontements sur le terrain et trouver des solutions consensuelles à leurs différends, afin de permettre la mise en œuvre de l’Accord de Paix. Comme l’a rappelé la Haute Représentante Federica Mogherini lors de sa récente visite à Bamako les 4 et 5 juin,  la mise en œuvre accélérée de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation de 2015 reste le seul moyen de rétablir la paix et la sécurité dans le pays.

Les violations graves des droits de l’homme dans le Kasai 

Federica Mogherini, Haute représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et Vice-présidente de la Commission européenne, a rencontré cet après-midi Léonard She Okitundu, Vice-premier ministre et Ministre des Affaires étrangères de la République Démocratique du Congo, afin de discuter de la situation dans le pays et des relations avec l’UE.

Au cours de la discussion, la Haute Représentante/Vice-présidente a tenu à exprimer l’importance attachée au partenariat entre l’UE et la RDC.  Elle a insisté sur le fait que la tenue d’élections transparentes et démocratiques dans les plus brefs délais représente le moyen de sortir d’une impasse politique aux graves retombées sécuritaires, économiques et humanitaires. Mme Mogherini a rappelé également l’ouverture de l’UE à discuter des options pour appuyer le processus électoral, à partir de la définition du calendrier électoral.

Mme Mogherini a souligné la nécessité pour la RDC de coopérer pleinement avec  les experts des Nations Unies pour enquêter sur les violations graves des droits de l’homme dans le Kasai.

Elle a enfin confirmé que l’UE continuera à apporter un soutien concret aux besoins des populations.